Roman Signer (Suisse)

Appenzell, 1938

Bidon Bleu

Bidon Bleu sinscrit dans le cadre dune série dinterventions dans lesquelles Signer lance des objets à laide dune rampe.

Le résidu de cette action sculpturale constitue l’œuvre matérielle au musée. Un rappel durable de l’action pour les spectateurs et un appel à l’imagination pour les visiteurs qui la découvre. Roman Signer réécrit avec son œuvre la définition de la sculpture. Il y ajoute trois nouvelles dimensions : l’action, l’espace et le temps.

Signer travaille toujours selon la même structure, en trois phases. Il y a d’abord la forme de base, qui porte en soi la possibilité de changer. Puis suit l’action, le processus même de changement. Ce qui reste, c’est la trace : l’objet déformé ou ce qu’il en subsiste. La sobriété de ses matériaux est en net contraste avec la forme fantaisiste de ses projets. C’est le point où le scientifique rejoint l’apprenti sorcier. Il en résulte une œuvre indocile, qui ne se plie pas aux tendances ou attentes esthétiques. Avec un nombre limité d’éléments récurrents, Signer modèle un monde qui ne cesse d’étonner. Au début de sa carrière, au début des années 1970, il examinait avec une précision presque scientifique les propriétés de l’eau, du sable et de la pierre.

Pendant la performance du 26 mai 2012, un bidon métallique bleu de quinze mètres et de hauteur fut lancé à toute vitesse sur une longue rampe pour exploser contre un mur en béton. Une vidéo de cette performance est projetée dans une vitrine à proximité de l’œuvre.

Localisation

Numéro 56 sur le plan au sol

Spécifications

  • Bidon Bleu
  • 2012
  • H. 2000 cm x l. 600 cm x p. 3700 cm
  • Béton, acier
  • MID.B.539