À la fois œuvre et coup de massue

Dans la Présentation Focus #2, au pavillon de collection, Berlinde De Bruyckere entre dans le détail de son processus de création. Onschuld kan een hel zijn, 1993 est une des deux œuvres sur lesquelles elle fait un gros plan. Cette œuvre acquise l’an dernier par le musée est aujourd’hui installée dans la partie Middelheim-Laag du parc.

Retour à l'aperçu

Onschuld kan een hel zijn (L’innocence peut être un enfer)

Lorsqu’on se promène dans le parc-musée, on tombe sur trois gigantesques goedendags qui troublent considérablement la sérénité des lieux. Les pointes acérées de ces armes médiévales nous rappellent que jadis, la forêt était dangereuse pour le voyageur insouciant. Et le cerclage métallique qui semble vouloir étrangler les arbres menace la nature innocente. Ou, comme l’indique le titre : l’innocence peut être un enfer. Ces contradictions sont caractéristiques de l’œuvre de Berlinde De Bruyckere, tout comme les thèmes du temps qui fuit et de la souffrance. Vous trouverez plus d’infos à ce sujet dans le film réalisé pour la Présentation Focus #2.

Het kunstwerk Onschuld kan een hel zijn

Berlinde De Bruyckere, Onschuld kan een hel zijn, 1993 © studio Berlinde De Bruyckere – photo: Mirjam Devriendt

 

Le motif de l’arbre

Cette œuvre de 1993 est la première où apparaît le motif de l’arbre. L’artiste a poursuivi cette recherche pour son exposition solo de 1995 au Musée Middelheim, avec les « femmes couvertures » qu’elle avait installées à l’intérieur des arbres et contre ceux-ci. Cela aboutira à l’œuvre monumentale intitulée Kreupelhout/Cripplewood, 2012-2013, point d’orgue de son travail, qui allait recueillir un franc succès à la Biennale de Venise de 2013.

 

Un plus pour la collection

Onschuld kan een hel zijn, 1993, œuvre créée pour l’exposition Zoersel ’93, a un lien avec le Musée Middelheim via le motif de l’arbre. L’an dernier, la sculpture a été achetée pour la collection Middelheim, avec le soutien des Middelheim Promotors et de l’artiste elle-même. Cette œuvre n’avait jusqu’ici jamais été exposée au Musée Middelheim, mais comme elle a été créée pour être installée dans un parc, elle y est parfaitement à sa place. Certes comme un coup de massue, mais totalement à sa place, que ce soit dans son environnement ou dans notre époque. Elle est installée pour la première fois dans le parc-musée, où elle restera également après la Présentation Focus.

Onschuld kan een hel zijn, 1993
Quelques images de la présentation
Onschuld kan een hel zijn
À la section suivante
Onschuld kan een hel zijn
Découvrez une œuvre réalisée par Berlinde De Bruyckere voici un quart de siècle pour le Musée Middelheim et qui y revient pour la première fois.