Congoville

Des artistes contemporains suivent des traces coloniales

Exposition

Le musée Middelheim et l'université d'Anvers se trouvent aujourd'hui sur le lieu du fondement en 1920 de l'École Coloniale Supérieure. Le centième anniversaire forme l'occasion pour notre institution culturelle d'explorer et de rendre lisibles les empreintes de l'histoire coloniale du site.
Samedi 29 Mai 2021 - Dimanche 03 Octobre 2021 du 10:00 au 19:00
Visiteurs individuels

La commissaire invitée, Sandrine Colard, utilise le mot « Congoville » comme un terme générique pour des traces physiques et mentales du passé colonial en Belgique. Souvent cachées à la vue de tous, elles affectent encore de manière consciente ou non la société actuelle. Le projet inclut un bâtiment scolaire, un parc, des mythes impérialistes, mais aussi des personnes avec des racines africaines dans le plat pays. Quinze artistes internationaux habitent Congoville, cette cité imaginaire où ils mènent le visiteur sur le domaine de Middelheim. Ils se promènent comme des « flâneurs noirs » à travers le présent et le passé. De plus, ils nous guident dans une recherche pour représenter à nouveau un espace ouvert, partagé et public. Ils amènent de leur pratique artistique d'autres nouvelles perspectives sur un récit historique du colonialisme raconté encore souvent de manière trop univoque. Le musée Middelheim publie en collaboration avec la « Leuven University Press » un catalogue d‘exposition. Celui-ci contient, outre des interviews avec les artistes, un zoom avant et arrière sur le projet d'une multitude d'auteurs, d'universitaires et d'experts. Tant le livre que l'exposition subissent un report à l'été 2021 en raison de l'impact de la crise sanitaire.

Artistes participants: Sammy Baloji (DRC/BE), Bodys Isek Kingelez (DRC), Maurice Mbikayi (DRC/SA), Jean Katambayi (DRC), KinAct Collective (DRC/BE/FR), Simone Leigh (US), Hank Willis Thomas (US), Zahia Rahmani (FR), Ibrahim Mahama (GH), Ângela Ferreira (PT/MZ/SA), Kapwani Kiwanga (CAN/FR), Sven Augustijnen (BE), Pascale Marthine Tayou (CAM/BE), Elisabetta Benassi (IT), Pélagie Gbaguidi (BEN/BE)

Sandrine Colard (BE/É.-U) est curatrice et professeur-assistante d'histoire de l'art africain à la « Rutgers University » à Newark dans le New Jersey.

+++

Un artist talk réunit la commissaire Sandrine Colard et deux des 15 artistes participant à Congoville. Pélagie Gbaguidi et Sammy Baloji, respectivement originaires du Sénégal et de la République démocratique du Congo, sont tous deux basés en Belgique. Explorant plusieurs facettes de l'exposition, leur discussion va du rôle de l'éducation et de l'espace public dans la décolonisation et la commémoration, entre autres. La conversation s'est déroulée dans l'auditorium principal de l'ancien Collège colonial. En plus d'être l'un des lieux d'exposition de Congoville, l'occupation de l'école comme espace de création des futures archives décoloniales cherche à renverser son rôle de matrice de l'esprit colonial belge en tremplin pour son désapprentissage.

 

Informations pratiques

L'exposition présente des œuvres d'art installées à la fois à l'extérieur et dans trois lieux intérieurs. Vous devez pas faire des réservations pour une visite.

Pour cette exposition, vous suivez un itinéraire fixe:

  • Commencez à l'entrée principale du musée (Middelheimlaan 61), prenez un guide de visite et suivez  l'itinéraire décrit dans le guide.
  • Le premier site intérieur est l'Université d'Anvers Campus Middelheim bâtiment A. Votre billet y sera scanné et vous recevrez un autocollant d'accès qui sera également valable pour les deux autres sites intérieurs.
  • Suivez le sentier qui traverse le parc d'art et visitez le pavillon des collections et le pavillon Braem.

Veuillez noter qu'il y a à peu près une demi-heure de marche depuis le point de départ (entrée principale), en passant devant les différentes œuvres d'art, jusqu'au premier site intérieur.

Une visite à l'expo de Congoville dure environ 2 heures.

Les sites intérieurs ferment à 18h.

Mesures Covid-19

  • Le port d’un masque buccal est recommandé dans les emplacements intérieurs. Cela ne s'applique pas aux enfants de moins de 12 ans et aux personnes qui ne peuvent pas porter de masque buccal pour des raisons médicales.
  • Suivez l'itinéraire prédéterminé et gardez vos distances.
  • Portez des sacs et des sacs à dos sur le ventre.
  • Ne retournez pas les plans papier après votre visite.
  • N'attendez pas à la sortie.

 

Formules

Rendez votre visite de l’exposition Congoville encore plus intéressante. Participez à une visite guidée ou découvrez l’exposition sous un angle tout à fait nouveau. Approfondissez certains thèmes à travers des entretiens enregistrés ou suivez à la trace les vestiges du passé colonial d’Anvers.

 

Poster gratuit de l'exposition

Gardez un beau souvenir de votre visite avec un poster gratuit de l’exposition Congoville :

UNE REFLEXION SUR CONGOVILLE. En quête des chaînons manquants par Serine Mekoun. Avec un détail du poème Ce qu’il faut dire de Léonora Miano : “Le fond des Choses” (2019).

  •  Jusqu’à épuisement du stock
  •  À retirer au pavillon Braem

Serine Mekoun est une journaliste multimédia belgo-togolaise francophone (Ahefa Productions), active à Bruxelles et sur le continent africain. Elle écrit sur l’art, les communautés créatives et les changements qu’ils apportent dans des contextes postcoloniaux. 

 

Visitez également 100x Congo au MAS

Il y a exactement cent ans, en pleine période coloniale, la ville d'Anvers est entrée en possession d'une collection congolaise. 100 X Congo met à l'honneur cent pièces phares. Quelles histoires s'y cachent ? Comment sont-elles arrivées ici ? Quelle était leur signification pour les peuples congolais ? Et où se trouve l'avenir de la collection ?

lire plus

 

Photo: Pascale Marthine Tayou, Colored Stones (detail), 2018
Courtesy the artist and GALLERIA CONTINUA, exhibition view Hedges, Edges, Dirt - ICA / VCU, Richmond, USA, 2018. 
© ADAGP, Paris. Photo by David Hunter Hale for ICA / VCU.