Matt Mullican (États-Unis)

Santa Monica, Californie, 1953

Sans titre

Mullican sefforce davoir prise sur la réalité avec ses pictogrammes. 

L’œuvre de Matt Mullican se répand en quatre endroits différents au fil de l’eau. Mullican a placé un bac à fleurs et fait graver des pictogrammes dans de la pierre de Soignies. Certains signes sont de sa création, d’autres proviennent de gares, d’aéroports et de musées.

Une des longues pierres posées sur le petit pont en bois montre le plan au sol de Middelheim-Laag, le terrain mis en service lors de l'exposition ‘Nouvelles images’ en 1993. Les pictogrammes servent à avoir prise sur la réalité. Ils montrent le chemin, rendent la société plus facile à gérer. Ils sont aussi à la base de l’écriture.

Matt Mullican a développé toute une cosmologie avec ses signes. Ou plutôt la représentation d’une cosmologie. Tout a sa place dans le système de signes de Mullican: la matière informe, l’univers ordonné par les hommes, l’art et le langage, le spirituel… Pour autant, Mullican n’approche pas plus près de ce monde ou de l’une ou l’autre vérité. Au contraire, Mullican souligne justement le caractère illustratif de ses pictogrammes. Il examine comment divers supports changent l’impact d’un signe.

La pierre de Soignies confère aux signes un tout autre poids que le papier. Le contexte a lui aussi un impact sur leur interprétation. Le contexte du parc magnifie les sculptures de Mullican, les rend plus marquantes. Inversement, l’eau et le pont prennent un nouveau sens. Les signes ne disent-ils pas quelque chose sur l’environnement ? Les interprétations définitives sont en tout cas exclues.

Localisation

Numéro 33 sur le plan

Spécifications

  • Sans titre
  • 1993
  • Diverses dimensions
  • Pierre de taille bleue
  • MID.B.475

Sculpture réalisée pour l’exposition ‘Nouvelles images’, organisé par Bart Cassiman,  commissaire Art Contemporain d’Anvers 93, Capitale Européenne de la Culture.