Laurence Weiner (États-Unis)

New York, 1940

Le vent et les saules

Weiner traite une réalité empirique avec les mots.

"IJzer en goud in de lucht, stuifmeel en rook op de grond”(Acier et or dans l’air, pollen et fumée sur le sol). Weiner travaille depuis plus de trente ans avec le langage. La séparation du fond et de la forme dans une œuvre d’art constitue une des interventions les plus radicales de l’histoire de l’art. 

Weiner fait des ‘statements’ qui peuvent changer de propriétaire sous forme d’un certificat. Une œuvre peut être exécutée au même moment en divers endroits du globe sur les supports les plus divers et les plus ‘démocratiques’ comme des posters, des pins, des livres, des disques et des vidéos. Weiner met à mal le caractère unique d’une œuvre d’art en en laissant toute liberté d’exécution – mis à part l’utilisation imposée du caractère Franklin Gothic – à celui qui possède ou veut exposer l’œuvre.

L’œuvre pour le Musée Middelheim, intitulée Vent et les saules, doit être considérée comme une sculpture qui peut être complétée dans une réalité mentale et virtuelle par celui qui la voit, la lit. Ce serait une erreur de donner à cette œuvre ludique quelque interprétation que ce soit. Lawrence Weiner projette une réalité en soi, sans intentions ou arrière-pensées. Il revient au spectateur, dans le contexte d’un beau parc de sculptures, d’apporter une réflexion créative aux mots de Weiner. Ces mots, ces fragments de langage, font tomber les frontières entre l’acceptation naïve d’une réalité ‘verbale’ et le besoin inhérent à l’homme de situer et décoder l’information dans un cadre moralisant, historique et social.

Localisation

Numéro 25 sur le plan

Spécifications

  • Vent et les saules
  • 1995
  • H. 510 cm x l. 1 450 cm
  • Peinture
  • MID.B.484