La selection

Les différentes significations des œuvres d’art occupent une place centrale dans le nouveau pavillon. Le Musée Middelheim n’avance par conséquent pas une seule perspective ou ‘vérité’, mais propose une sélection surprenante de 50 œuvres d’art qui méritent d’être découvertes pour diverses raisons.

L’œuvre d’art : collectionneur de significations

L’artiste est le premier qui donne une signification à une œuvre, mais de nombreuses autres viennent s’ajouter en fonction de la perspective, du contexte et de l’époque. Le Musée Middelheim perçoit comme une tâche importante de rassembler cette multitude de significations, de les libérer et d’en poursuivre le développement. Il tient à ce que le public participe à la détermination de la signification et de l’importance de la collection.

 

Le parlement de la collection : choisir en partant de diverses perspectives

C’est la raison pour laquelle le choix des œuvres du pavillon n’a pas été le fait d’une seule personne et n’a pas été cantonné à un seul thème : le musée a invité un panel de personnes aux profils divers à procéder à une sélection. Les perspectives de différentes parties prenantes du Musée Middelheim étaient représentées dans ce ‘parlement de la collection’, dont celle du public et celle des artistes.

 

Différentes valeurs : pas seulement une approche dans le contexte de l’histoire de l’art

Ce parlement a sélectionné les œuvres d’art sur base de critères d’appréciation internationaux, qui nous aident à être attentifs aux différentes raisons pour lesquelles une œuvre peut s’avérer précieuse. C’est pourquoi la sélection reprend tant des œuvres évidentes, telle que la Femme de Venise II (1956-57) d’Alberto Giacometti, que des découvertes totalement inattendues.

 

Toutes les œuvres d’art ont été évaluées sur base de sept valeurs.

  • La valeur en termes d’histoire de l’art (comme la Femme à la Voilette (1895), qui montre comment Medardo Rosso a introduit l’impressionnisme dans la sculpture).
  • La valeur historique générale (comme dans Pieta (1937) de Käthe Kollwitz, qui réunit quasiment un siècle d’histoire allemande).
  • La valeur en termes d’histoire muséale (comme pour la première acquisition du musée en 1950 : La Lupa (La louve) (1931) d’Arturo Martini).
  • La valeur sociale (comme dans Madame Stone (L’Américaine) (1927) de Charles Despiau, qui rejoint tant l’identité de la femme actuelle en tant que personnalité autonome, que des identités plus complexes et la fluidité des genres).
  • La valeur en termes de critique sociale (comme dans le Groupe de femmes congolaises (1953) de Floris Jespers, initialement connu sous le nom de “Femmes africaines” : un patrimoine chargé, sur lequel la société jette aujourd’hui un regard bien différent).
  • La valeur de l’expérience du vécu (comme dans Nest (Nid) (2006) de Patricia Piccinini, qui est l’un des favoris du public).
  • La valeur informative (comme dans Small Mind (1992) de Richard Deacon : la maquette qui nous informe sur la première forme en bois de l’œuvre Never Mind, réalisée aujourd’hui en une version métallique).