Jesús Rafael Soto (Vénézuela)

Ciudad Bolívar, 1923–Paris, 2005

Double Progression

Double Progression Vert et Blanc a été réalisée en 1969 à loccasion de la dixième Biennale du Middelheim.

Cette œuvre fait partie de la série ‘Progressions’ que Soto réalisa dans la deuxième moitié des années 60. Soto a planté dans deux plaques de béton des tiges de fer à béton de différentes longueurs, de la plus petite à la plus haute, créant ainsi une ‘forêt’ d’acier, une blanche et une verte.

En donnant une couleur aux tiges de fer, il parvient à les dé-matérialiser et à créer une vibration optique encore renforcée par le caractère sériel de l’œuvre. La vibration s’intensifie avec les mouvements du spectateur. La lumière, une donnée abstraite en soi, semble se concrétiser dans ce type de sculpture. A partir de 1851, Jesús Rafael Soto va systématiquement répéter les formes, avant de franchir en 1953 un pas décisif vers l’art cinétique en utilisant du Plexiglas. Des années plus tard, il formulera avec Tinguely et Adam les concepts de l’art cinétique. Il va ensuite évoluer de plus en plus vers la création tridimensionnelle, jusqu’à intégrer en 1958 pour la première fois une sculpture dans l’architecture, qui sera exposée au pavillon vénézuélien d’Expo ‘58 à Bruxelles.

Soto produit en 1963 ses ‘Extensions’, ‘Pénétrables’ et ‘Progressions’, qu’il va développer en séries. Elles lui vaudront sa renommée et une place dans de grandes expositions et biennales.

Localisation

Numéro 19 sur le plan

Spécifications

  • Double Progression Vert et Blanc
  • 1969
  • H. 249 cm x l. 589 cm l. x p. 504 cm
  • Fer, peinture
  • MID.B.277B