Chris Burden (États-Unis)

Boston, Massasuchetts, 1946

Beam Drop Antwerp

Cette œuvre figure la diversité et la division, mais aussi la détérioration.

L’exposition de 2009 consacrée à Chris Burden s’ouvrit de manière spectaculaire. Les spectateurs purent suivre en direct le processus de création de son œuvre d’art Beam Drop Antwerp. Dans une fosse carrée de 12 x 12 m, du béton fut coulé à 2,5 m de profondeur, après quoi une bonne centaine de poutres en acier furent ‘lâchées’ dans la fosse d’une hauteur de 45 m par des grues. L’artiste de performance Burden utilise ici l’acier comme Jackson Pollock utilisait la peinture.

Les angles prononcés de chaque profil, l’interaction entre les profils et la relation entre les profils et le bord de la fondation en béton conjurent une force ancestrale, qui évoque elle-même l’ordre (la planification de l’exécution, l’illusion de construction) et le désordre, voire le chaos (des formes qui s’entrechoquent, d’autres qui éclatent).

Chris Burden entretient un rapport particulier avec l’acier rouillé. Au début de sa carrière, il s’était fait clouer au capot d’une Volkswagen, et se fit tirer une balle dans le bras, une geste que beaucoup interprétèrent comme un acte de protestation contre la guerre du Vietnam. Il a construit des machines qui rendaient visible la vitesse de la lumière, pouvaient produire de petits avions en papier, ou un vaisseau fantôme qui pouvait naviguer sans équipage.

Avec le soutien de Middelheim Promotors

 

Localisation

Numéro 50 sur le plan

Spécifications

  • Belgian Funhouse
  • 2004
  • 250 cm x ø 1250 cm
  • Verre, acier, pierre, buis
  • MID.B.505