Bernhard Willhelm et Jutta Kraus au Pavillon Braem

Experts: doomsday predictions have no basis in fact or history. The collection revisited.

Exposition

Les stylistes Bernhard Willhelm et Jutta Kraus font au Pavillon Braem une première sélection de pièces internationales dans la collection du Middelheim.

Quelques pièces majeures de la collection du Middelheim sont à découvrir ou redécouvrir au Pavillon Braem à partir du mois de mai. Il s’agit d’œuvres achetées spécifiquement pour le Pavillon Braem ou trop fragiles pour être exposées en plein air. Le Musée Middelheim invite les stylistes Bernhard Willhelm (1972, Allemagne) et Jutta Kraus (1972, Allemagne) à faire une première sélection. La présentation qu’ils ont choisie est étonnante. On y retrouve la ‘griffe’ de Bernhard Willhelm, une marque qui combine textile, art plastique, performance, folklore, art vidéo et installations dans une pratique artistique multidisciplinaire.

En composant ensemble une présentation singulière de la collection au Pavillon Braem, les stylistes relèvent le défi de puiser dans diverses périodes, divers styles et divers artistes pour créer un tout cohérent, mais qui n’a rien d’une constellation logique ou concevable. Bernhard Willhelm et Jutta Kraus sont passés maîtres dans cet exercice : leurs combinaisons d’éléments très divers donnent toujours des résultats étonnants. Cela peut prendre la forme d’une collection de mode, mais aussi d’une œuvre vidéo, ou d’une collaboration avec un artiste contemporain comme Olaf Breuning ou d’un clip vidéo de Björk.

Les composantes graphiques de l’installation sont de l’artiste allemand Carsten Fock. Ce peintre utilise divers styles et matériaux dans des installations qui occupent souvent tout l’espace. Dessins, croquis et textes jouent un rôle important dans son langage esthétique. Il part souvent de portraits de personnalités auxquels il ajoute de la couleur, des textes de chansons, des citations de la culture pop, des messages publicitaires ou des extraits de ses propres écrits. En les recouvrant entièrement ou partiellement de peinture, il crée un jeu de messages parfois dissimulée et déconstruit la structure de l’œuvre. Avec son sens subtil de l’humour, il est parfaitement en phase avec le duo de commissaires, avec qui il collabore fréquemment.